La Franc-maçonnerie et particulièrement la franc-maçonnerie française, est organisée en différentes « structures maçonniques » : Obédiences, Ordres Initiatiques, Loges Indépendantes... chacune avec ses particularités et son histoire. La franc-maçonnerie en France est riche de cette diversité qui permet à tout « cherchant » d'emprunter la voie qui lui convient le mieux.

Le ROS se distingue des autres Rites par plusieurs aspects.

L'expression orale

L'OITAR et le ROS propose une démarche axée sur le symbolisme et son étude, en privilégiant le travail oral.

Cette expression orale ne concerne pas le rituel, dont la densité ne permettrait pas une restitution « par coeur » suffisamment précise. Elle concerne les travaux en Loge qui sont faits sans l'aide d'un support écrit.

Le travail oral favorise une expression de soi et non la mise en avant d'une érudition ou d'un travail rédactionnel. Il incite à aller à l'essentiel. Mais l'expression orale est plus bien plus qu'un simple dispositif pratique. Elle replace « la parole » au centre de la démarche maçonnique.

Les Loges de l'OITAR ne pratiquent pas le système des « planches » tel qu'il est pratiqué dans les autres Loges. La « planche » est souvent un travail écrit, présenté depuis le plateau de l'Orateur et sur lequel les frères et sœurs de l'atelier peuvent poser des questions.

Ce dispositif est totalement repensé dans les loges de l'OITAR. Déjà le frère ou la sœur qui introduit le sujet le fait « entre les Colonnes », debout et « à l'ordre ». En aucun cas l'Orateur, officier de la Loge, ne cède son plateau. Ensuite la parole circule non par un système de « questions-réponses » mais pour proposer des apports différents sur le même sujet. Chacun expose donc sa vision. Le terme de « planche » est donc inapproprié au ROS, sauf à considérer que la planche est collective et qu'elle se constitue de l'apport de tous.

Cette disposition est rendue possible par les types de sujets abordés en Loge : seuls les sujets symboliques sont autorisés. Or le symbole ne permet pas de discours figé : le symbole est ouvert et le symbolisme permet l'apprentissage de la Parole de l'Autre et de son respect.

Les sujets abordés ne sont donc jamais prétextes à polémique : la stricte « triangulation de la parole », interdit l'interpellation directe de celui ou celle qui vient de s'exprimer, et limite voire interdit une discussion contradictoire. Le but est moins de démêler le vrai du faux que d'apporter une pierre à l'édifice, sans déconstruire les apports précédents.

Des Loges de petite taille

Conséquence de cette méthode de travail et de l'esprit du ROS : les loges de l'OITAR sont de petite taille. Atteindre la trentaine de membres est souvent le signal pour la Loge de l'ouverture d'une réflexion sur « l'essaimage », c'est à dire de la création d'une nouvelle Loge, par scissiparité. Peu de Loges fonctionnent au-delà d'une quarantaine de membres, ce qui permet à tous les compagnons et les maîtres de s'exprimer au cours d'une tenue.

Les tenues « de Galerie »

Les «Galeries» sont une autre spécificité du Rite Opératif de Salomon. Ces réunions, organisées par les Loges, sont des espaces de rencontre entre une Loge et des non-maçons intéressés par la démarche offerte par la franc-maçonnerie. Lieu d'échanges, la Galerie s'enrichit des exposés des maçons qui l'animent et des questions posées par les visiteurs.

Les non-maçons y sont reçus à visage découvert, à condition qu'ils soient dûment invités par un membre d'une Loge de l'Ordre. Chaque « galerie » est l'occasion de rappeler les buts de la franc-maçonnerie, de présenter les diverses Obédiences existantes, d'expliquer les Rites, d'aborder le rôle du symbolisme. L'Histoire de la franc-maçonnerie est présentée à chaque cycle de Galerie. Il s'agit de donner une image positive de notre Confrérie mais également d'orienter les non-maçons dans la voie qui leur permettra de s'accomplir le mieux possible.

L'entrée en franc-maçonnerie se fait donc en confiance. Au bout d'un cycle de galeries (en moyenne trois), les non-maçons intéressés font une lettre simple au Maître de Loge. Cette lettre déclenche une ou deux rencontres avec des maîtres de l'atelier, discussions conçues non comme des enquêtes mais comme une étape de discussion libre, portant souvent sur les aspects « pratiques » de la démarche : cotisation, engagement d'assiduité, rôle du conjoint, etc.

Ce résultat de discussion complète l'apport du parrain qui a conduit le non-maçon jusqu'à la porte du Temple ; il permet à la « Chambre des maîtres » de voter ou non l'admission de l'impétrant aux épreuves de l'initiation maçonnique. Vote qui se fait, comme tous les votes à l'OITAR, à l'unanimité des votants.

Les cérémonies

Le ROS se distingue par la beauté formelle de ces cérémonies. La cérémonie d'initiation, reprend les grands fondamentaux des cérémonies d'initiation maçonnique, et surprend plus d'un visiteur par sa richesse symbolique, la cohérence des symboles présentés et vécus par l'impétrant.

Au delà de la cérémonie d'initiation, chaque tenue maçonnique se doit d'être un moment privilégié. La forme occupe une place importante : la vêture est stricte pour les sœurs comme pour les frères et ne retient que le noir et le blanc. Les déplacements dans le Temple sont ritualisés avec précision. La disposition du tapis de Loge, constitués de véritables outils que l'on dépose sur un tapis mosaïque, se fait graduellement : les apprentis déposant leur outils, les compagnons les leurs, l'Expert et le Messager complétant avec les symboles de la Maîtrise.

Le rituel permet aux frères et aux soeurs de se penser dans un autre espace, dans un autre temps. La phrase est recherchée, les mots sont choisis, l'expression est poétique.