Je respecte toutes les formes de maçonnerie mais la position du Rite opératif de Salomon me va bien : elle se définit comme a-dogmatique et met en garde contre deux positions dogmatiques : la position politique et la position religieuse. Comme deux bornes du champ maçonnique.

40ans oitar


Au milieu que reste-t-il ? Si ce n'est interroger la fonction symbolique en posant le langage symbolique comme "premier langage de l'humanité".

L'hypothèse du ROS serait peut-être qu'il existe un espace de travail vierge de tout dogme et que le travail est possible dans cet espace-là. Et s'il veut faire de la politique ou adhérer à une religion, le maçon du ROS peut le faire en dehors de sa loge. Mais bien entendu cela n'empêche aucune autre possibilité par rapport à d'autres rites ou obédiences : vive la diversité !

Il y a un article assez fondamental pour moi dans le dernier numéro de l'excellente revue "le maillon n° 134" signé du F Jacques Fontaine, F du GODF. Son texte s'appelle "éloge du flou" et il est curieusement dans le cahier réservé au MM de la revue :

"Ne sait-on pas depuis deux ou trois décennies, que l'intelligence émotionnelle est le premier ciment entre les Hommes ? Le rationnel est second, analysent les neurosciences. Peut-être serait-il bon de changer le fusil d'épaule : un raisonnement logique n'est pas un excellent gibier, quand le flou émotionnel est délicieux !".

C'est précisément, pour moi, dans "flou émotionnel" que travaille le maçon du ROS et ce "délice" est loin d'être tiède !